Le funambule des pierres 

20 NOVEMBRE 2012

          180 mètres de gaz, en dessous le Verdon qui chante et bouillonne dans sa gorge, les doigts collés à la paroi, la bien nommée : « Les Spécialistes » un direct 8 c, à mains nues en solo intégral Patrick, Le corps pas plus lourd que celui d’une hirondelle, danse avec la roche. 

         Chaque déplacement, positionnement forment les notes qui tracent son opéra vertical. Il est seul, avec pour unique assurance sa passion pour la grimpe. Ici, une légère fissure sur sa droite, il y glisse sa prise et suspendu dans le vide, la vie au bout des doigts, de l’autre main il gratte dans son sac de magnésie. Le bras tendu, La paume gauche en appui sur la roche, ses pieds se positionnent à l’équerre de son corps et, d’un léger coup de reins associé à un pivot du torse, il progresse d’une cinquantaine de centimètres.

          Arrivé sur une très étroite et invisible corniche, le corps plaqué contre ce mur de pierre, au contact du calcaire il fait une halte touristique en promenant son regard rieur sur le chemin parcouru. Le vent qui danse dans ses cheveux lui murmure à l’oreille son air de liberté. Bien que connaissant la chanson de ce compagnon de falaise, Patrick l’écoute avec intérêt et se laisse encore quelques minutes avant de reprendre son ascension. Echange de pied, croisement de main et le voilà hissé au sommet de son art.

          Depuis maintenant plus de vingt années, Patrick Edlinger a fait découvrir au monde l’escalade à mains nues. Plus qu’un sport, un mode de vie. Parcourant le globe dans son minibus à la recherche des parois les plus difficiles, il a défié l’équilibre et l’apesanteur. Sa passion est devenue celle de milliers de personnes qui, par cette pratique, sont revenues aux sources de la nature et à son contact ont redécouvert la véracité et la beauté de certaines choses oubliées au bénéfice d’inutiles postures ou d’éphémères possessions.

 

            Ce petit texte pour t’exprimer notre gratitude, maintenant que tu nous as quitté, de nous avoir fait découvrir au travers de ta passion partagée qu’il n’y a pas plus grande liberté que celle d’aller au bout de ses rêves. La vie est une histoire de priorités, dés l’enfance tu as fixé les tiennes et tu as tout fait pour vivre selon elles donc, je ne vois pas de meilleure façon de te dire merci que d’aller grimper.

            Chapeau bas et salut l’artiste, je ne me fais aucun souci pour toi, car je ne vois pas qui pourrait t’empêcher de grimper jusqu’au ciel.