Chroniques humoristiques 2012

03 JANVIER 2013

          Quelle année mes amis ! De La Cocoé estampillée UMP se plantant dans les comptages, ce pourquoi même elle avait été créée, afin de départager un petit truand se comportant comme le parrain d’un clan de mafieux et un taciturne critiquant tout ce qu’il a servi des années durant, en passant par un détraqué sexuel se voyant déjà président et qui grâce à sa fortune c’est offert l’éjaculation la plus chère du siècle dans un hôtel de luxe payé par le contribuable. Sans parler du très honorable et exemplaire Tapie planifiant une OPA sur la mairie de Marseille par l’intermédiaire d’un rachat douteux d’une partie du groupe Hersant avec l’argent volé aux citoyens de ce pays, plantant au passage les banques de 160 millions d’euro (La combine à Narnar, on ne s’en lasse pas…) avec un détour par la flambisation de la gestion politique de notre pays ou l’actuel président, tout comme le précédent, s’assoit allègrement sur ses promesses de campagne culotte baissée devant les banquiers. Finalement, les politiciens sont comme les vieilles prostituées qui, après des années d’absences, reviennent sur le devant de la scène croyant posséder une nouvelle virginité parce qu’elles se sont fait retendre la peau des fesses et, l’électeur émerveillé par leurs histoires à dormir debout et  médiatiquement trépané, votera à nouveau pour les mêmes joueurs de pipeau …

          Et nos chers exilés fiscaux, patrons du CAC40, artistes, sportifs et autres sur nantis qui après avoir profité un maximum du système vont sous d’autres cieux des larmes de crocodiles à leurs yeux en faisant un grand bras d’honneur au pays et aux contribuables qui ont amplement, par ignorance ou par bêtise, participés à leur enrichissement et leur gloutonnerie financière. Ces modèles d’altruisme et de fraternité qui préfèrent dépenser plusieurs millions d’euro dans une œuvre d’art exonérée par le saint fisc plutôt que de payer un impôt qui n’aurait d’ailleurs aucun effet sur leur train de vie personnel tellement il sont blindés. Et notre bon Gégé national, acteur au combien prolifique ayant bénéficié largement des subventions cinématographiques, alcoolo jusqu’aux yeux, vulgaire et irrespectueux mais riche donc, il peut pisser debout dans les avions et il vous emmerde ! Passons rapidement sur la Slatanisation des grands esprits footballistiques qui trouvent normal que des lobotomisés grammaticaux frappant dans une baballe soient adulés comme des dieux et rémunérés comme des princes rangeant par là même les prix Nobel, les scientifiques, les professeurs, les médecins et autres aux rangs d’inutiles et d’insignifiants. Enfin soyons heureux un record est chaque année pulvérisé, celui du nombre de repas servis au resto du cœur…

   

          Un petit tour par les laboratoires pharmaceutiques, sympathiques officines s’enrichissant en distribuant des abrutissants aux populations quand ce n’est pas des poisons remboursés par la sécurité sociale avec l’aval de nos chers députés bénéficiant de leurs largesses. Ces mêmes laboratoires refusant de fournir les pays sous développés qui non pas les moyens de rémunérer leurs actionnaires. A ce propos, merci à l’état français qui, par le biais d’une campagne de vaccination douteuse, a participé largement à l’enrichissement de ceux ci.

          Heureusement, nous avons l’énergie nucléaire et nous en sommes les rois car, il ne peut rien nous arriver. On maîtrise, d’après les experts impartiaux et indépendants d’Aréva. C’est vrai que les russes, les américains et les japonais sont des débiles en la matière alors que nous, cocorico, nous sommes les rois du monde. Jusqu’au jour ou, suite à un attentat (Un groupe d’écolo nous a fait voir combien il est facile d’entrer et d’escalader une de ces centrales) ou une catastrophe naturelle nous pétera à la figure en pourrissant la moitié de notre territoire faisant crever à moyen terme une grande partie de la population. Bon, il est vrai que les énergies alternatives ne rapportent pas d’argent à Total, Aréva et autres bienfaiteurs de la planète. Grâce à la taxe carbone, un marché parallèle s’est installé permettant aux enfoirés de continuer de polluer en toute légitimité. Pendant ce temps la banquise s’écroule dans la mer et le poumon de la planète est amputé chaque jour un peu plus.

          Se cachant derrière le faux prétexte de la sauvegarde des emplois, alors que le seul qui les intéresse est l’enrichissement personnel de la petite minorité qui dirige, des firmes continuent à pourrir la planète et son environnement. Les représentants politiques de l’écologie, eux aussi vendus aux lobbys, somnolent sur les strapontins des assemblés. Le nucléaire devant lequel on s’agenouille va nous coûter une fortune en développement et maintenance tout en pointant sur nos tempes sa roulette russe chargée de poison radioactif.

          Les révolutions et autres printemps arabe soldent leurs combats en troquant des dictatures militaires contre des dictatures religieuses faisant ainsi le bonheur d’une bande de barbus crétins et arriérés dont le seul but est de ramener la société à des libertés médiévales régit par des châtiments corporels et une justice digne des meilleurs jours de l’inquisition tout cela sous couvert d’écrits qu’ils ont interprété sans jamais les comprendre. Chez nous ce n’est guère mieux, les différentes obédiences religieuses demandent de plus en plus de dérogations, de droits, piétinant ainsi l’équilibre et les fondements même de la république. Dans la bande de Gaza, quelques énergumènes balancent des roquettes sur l’état Hébreux permettant ainsi à celui-ci de se justifier en se comportant comme l’état fasciste qu’il a combattu soixante ans plus tôt. En Inde les Sikhs se massacrent avec les musulmans qui haïssent les hindouistes tout en tapant sur les chrétiens se moquant des bouddhistes. Aimez-vous les uns les autres, un beau bordel !

          Les USA continue de se prendre pour le chef et la police du monde tout ça sous perfusion économique de la monnaie chinoise. Une furtive lueur d’espoir était apparue quand un président noir s’est installé à la maison blanche. Nous avions cru, candidement, qu’il serait moins colonisateurs et guerrier que ces anciens maîtres blancs, erreur, il fait tout pareil ou presque ! Comme quoi la connerie et la malhonnêteté n’ont pas de couleur, pas de frontière, elles sont universelles.

          Le dernier sanctuaire qu’est l’école ne cesse d’être violé par des voyous empoisonnant nos enfants avec leurs trafics de drogue quand ce n’est pas un déboussolé pétant un câble qui s’armant d’un fusil va tuer une vingtaine de mômes et leurs professeurs. Le malheur de cela, c’est que ce genre de faits divers ne cesse de se répéter tout en s’amplifiant dans le temps.

          Sa société a dégraissé afin que l’actionnaire puisse continuer à toucher ses substantiels dividendes. Plus compétitif qu’on lui a dit, trop cher, trop de charge ect... On lui a bien proposé une place en Pologne à 180 € mensuel mais il a eu l’outrecuidance de refuser sous des prétextes fallacieux lui a fait remarquer la DRH (Ecole des enfants, famille, langue …) « Bien sur, si vous ne voulez pas faire d’effort, vous ne vous en sortirez pas. Il faut bouger, regardez notre PDG toujours dans les avions » Qu’elle lui a dit. Connasse ! Lui aussi pour 150 fois le SMIC il veut bien passer sa vie dans les avions.

          Bref, cette société marche sur la tête. Comment en licenciant des milliers de travailleurs par mois qui seront autant de consommateurs potentiels en moins, le système économique actuel pourra t-il survivre ? J’ai dans la tête l’image d’un serpent (monétaire) qui atteint de boulimie s’avale la queue et qui, le jour où il arrivera à sa nuque, aura vraiment l’air con. 

          Les médias brassant et mélangeant tout cela nous servent une soupe soporifique dénuée d’objectivité et de vérité sous les ordres de gouvernements chancelants et dépassés par les évènements. Conclusion, les mayas se sont plantés, les allumés de Bugarach ont perdu leurs temps, dommage, on l’a méritait bien cette fin du monde. Qu’on se console, c’est partie remise, l’homme y travaille d’arrache pied et comme disait un philosophe humoristique : « On ne mérite même pas la bombe qu’on va se foutre sur la gueule… ». La planète se meure, le monde se massacre mais il y a toujours des queues interminables pour les soldes alors, soyons optimiste.

          Au fait, pendant que j’y pense, bonne année les humains…