Massacres & mensonges

09 JUIN 2015

         Des cris, du feu et des larmes. Des femmes et des enfants qu'on massacre à l'aube rouge sang d'une savane oubliée. Les fous d'un Dieu innocent ont frappé au nom d'une charia imbécile issue d’une religion incomprise. Un contingent de soldats incultes dirigé par des seigneurs de guerre assoiffés de pouvoir sème la terreur et la mort aux pays des éléphants, des hippopotames et des buffles. Jusqu’au delta du Niger, même la lumière se couvre d’un voile de poussière devant ce califat imposé. Des monts Mandara aux monts Shebshi en passant par le plateau de Jos, les habitants issus de cette terre millénaire tremblent et fuient devant la folie meurtrière de leurs frères. Des hordes de réfugiés en haillons, rongées par la soif et la faim, fuient la folie d’une bande d’enragés qui tire sur tout ce qui bouge. Des villages entiers sont en feux et le sang des têtes tranchées se mêle à la terre séchée donnant naissance à la boue du mortier de l’enfer. Dans cette partie de l’Afrique, berceau de l’humanité, Lucifer a envoyé ses légions arrêter le cœur des hommes et remplir leurs cerveaux de haine. 

         Boko Haram se spécialise dans l’abjecte, ils ont attaqué le village de Kambari qui est situé à moins de cinq kilomètres de Maiduguri, vers 05H00 du matin. Ils ont tué quinze personnes et ont mis le feu à tout le hameau. Une jeune femme de vingt trois ans a raconté avoir vu de ses propres yeux le massacre d'une cinquantaine d’habitants civils dans un camp situé dans le nord-est du Nigeria. Selon elle, la gorge a été coupée à la plupart d'entre eux. Une autre, jeune prisonnière, a avoué qu'on avait tenté de la contraindre à tuer un autre otage, Une femme enceinte a été abattue alors qu’elle accouchait. Ils viennent d’utiliser une fillette de dix ans comme bombe humaine causant le décès d’une vingtaine de personnes, dans la foulée du massacre de plus de deux mille autres. Pendant ce temps, leurs petits copains de jeux les talibans pakistanais ont perpétré la plus sanglante attaque terroriste de l'histoire du pays dans une école d'enfants de soldats, tuant cent quarante et une personnes dont cent trente deux écoliers, pour se venger des récentes offensives de l'armée dans leurs bastions. Selon des témoins, les assaillants sont passés de classe en classe pour abattre les enfants d'une balle dans la tête, et au moins un a fait exploser la bombe qu'il portait sur lui.

         D’Irak, du Nigéria au Pakistan, du Soudan au Mali, de la Libye à la Syrie en passant par les pays du Maghreb, les terres sont en feux et les fleuves rouges charrient des centaines de corps innocents. Après la dictature, la pauvreté, la soif et la faim est venue se greffer l’horreur absolue, celle des chiens enragés dévorant leurs propres familles, leurs propres enfants. L’Amérique et l’Europe responsables de la plupart de ces conflits, fabriquent de nouveaux terroristes et alimentent en armes cet immense asile pour que les fous s’entretuent. D’un côté les salauds qui font leurs sales commerces, de l’autre les barjots qui mitraillette au poing hurlant bêtement qu’Allah est grand et au milieu, des êtres humains qui ne demandaient qu’à vivre en paix sont violés, torturés, massacrés. Le vent des sables gémit sa plainte dans les déserts et remplit de terre les bouches mensongères des médias occidentaux. Les arbres de la savane, témoins impuissants de la folie des hommes, pleurent sur ces incompréhensibles tueries. La sécheresse des étés éternels s’est exportée dans les âmes.

         Pendant ce temps, les vrais coupables de ces marasmes se gargarisent de politique spectacle et assènent aux populations qu’ils trahissent et appauvrissent des serments de moralité. Ces tribuns de la langue de bois, effet de manche à l’appui, prêchent l’effort et la frugalité aux plus démunis pendant qu’eux, se baignent dans l’excès et se vautrent dans l’indécence. Nos états sont devenus l’instrument des forts sur les faibles. Non content d’avoir exporté l’enfer sur le continent africain, ils s’attaquent maintenant à leurs propres pays. Leurs citoyens, le cerveau lavé, récuré et essoré par quarante années de mensonge au service de l’avarice des brasseurs d’argent, abrutis par la publicité et la téléréalité, applaudissent des deux mains les voyous qui les enchaînent dans un futur esclavage. Des milliards sont détournés par nos dirigeants pour faire leurs sales guéguerres et engraisser les marchands d’armes qui les abreuvent de dividendes. Ils ont convaincu en majorité la population occidentale que le social coûte trop cher alors qu’avec les sommes investies dans une seule de leur guerre, ils combleraient les déficits des retraites et des assurances maladies. Ce système politique est basé sur l’aliénation des individus. Les échanges n’étant plus égalitaires, certains ont sombrés dans la cupidité et ont ainsi poussé leurs frères dans la faim. Etrange humanité que voilà qui vénère ses bourreaux, vote pour ses assassins, applaudit les idiots et sanctifie prostituées et voleurs.

         Depuis l'aube de la conscience jusqu'au milieu de notre siècle, l'homme a dû vivre avec la perspective de sa mort en tant qu'individu, depuis Hiroshima, l'humanité doit vivre avec la perspective de son extinction en tant qu'espèce biologique. Regardons la terre et cherchons les endroits où l’homme ne massacre pas ses frères ou la nature. Il ne reste pas grand-chose n’est ce pas ? L'humanité était le rêve de Dieu et c’était beau. Maintenant, Dieu est devenu le rêve de l'humanité et c’est abominable. Réfléchissez à cela, les hommes ont deux vies, la seconde commence quand ils s’aperçoivent qu’ils n’en ont qu’une. N’attendez pas

qu’il soit trop tard car s’il est vrai que l'humanité est une entreprise surhumaine, elle n’en reste pas moins notre seule, vraie et unique nationalité.