Bilan 2015, bonne année 2016

06 JANVIER 2016

          Les dirigeants des grands groupes continuent inexorablement à pourrir le monde. La COP21 est une immense farce tragique ou la feuille de route pleine de bonnes intentions n’engage absolument à aucune obligation et ceux qui, actuellement ont les pieds dans l’eau devraient vite se procurer masques et tubas car bientôt leurs territoires disparaîtront noyés sous les océans. Plusieurs villes comme Mexico ou Pékin sont devenues irrespirables et le niveau de pollution atmosphérique, après avoir atteint des records dans toutes les mégapoles du globe, s’invite dans les cités de moyenne capacité. Les catastrophes nucléaires de Fukushima et Tchernobyl n’ont pas servis de leçon, à croire que les avertissements n’étaient pas assez explicites, quoi qu’il en soit, pour les dirigeants de cette industrie, le rendement financier sera toujours supérieur au nombre de victime potentielle. Il en est de même pour ceux de l’industrie pétrolière qui pourrissent régulièrement terres et  mers. 

 

          Les USA, pays de cowboys surarmés ou les flics flingues à tout va et où les psychopathes font régulièrement des cartons dans les écoles et les universités, ont mis le Moyen Orient à feu et à sang afin de s’en accaparer les richesses avec l’aide de leur base militaire avancée en terre arabe Israël et avec leurs complices le Qatar et l’Arabie Saoudite, pays moyenâgeux par les mœurs et grand pourvoyeur de terroristes qui prépare sa guéguerre avec l’Iran après avoir mis le bordel au Yémen. On attend avec hâte le prochain attentat sur le sol américain, il parait que c’est Hollywood qui s’occupe du casting, histoire de faire plus vrai sur les effets spéciaux, faut dire que sur le dernier ils avaient un peu bâclé et ça commence à se voir. Sur sa lancée, l’oncle SAM, titille l’ours russe afin de mettre la communauté internationale sous pression et isoler la Russie de l’Europe. La Turquie fait du business avec les fous d’Allah et renoue avec ses vieux démons, rêvant d’un génocide arménien bis tout en jouant avec les nerfs du Kremlin. Pendant ce temps, le pays de Confucius, par invasions successives, étend son territoire en mer de Chine dans l’indifférence générale.

          Le chômage et la précarité explosent mais l’Europe, suite aux guerres auxquelles elle participe activement sous les ordres de l’OTAN, fabrique des vagues migratoires et des terroristes afin de casser la cohésion sociale des nations et leurs identités par la peur et l’appauvrissement. Le chaos ainsi entretenu permet d’imposer des règles de rigueur, de la surveillance extrême et de restreindre, quand ce n’est supprimer purement et simplement, des libertés individuelles. Le FMI et la banque mondiale coupent les vivres et font du chantage à tous les pays qui voudraient instaurer une démocratie donnant le pouvoir à leur peuple. Les industries chimiques et agroalimentaires se frottent les mains car avec l’accord TAFTA, elles pourront vendre du poison et de la merde au prix du caviar. Doucement mais surement se met en place la dictature du nouvel ordre mondial. 

          La France s’est définitivement prostituée à l’Allemagne qui s’est autoproclamée souveraine d’Europe elle-même recevant ses ordres de Washington. C’est acté, les voyous ont pris le pouvoir et siègent dans toutes les assemblés. Hollande, dans le but de torpiller la gauche socialiste, a nommé un petit godillot de droite comme premier ministre et un banquier aux finances afin que les banques imposent leur politique monétaire et libérale au pays. Les PSE (Plan de sauvegarde de l’emploi) ou la flexisécurité, actions purement négatives, sont commentées sous forme de progrès, de modernisme dans le seul but de détruire tous les acquis sociaux du CNR et de nous présenter sous une forme positive ce qu’une bande de menteurs appelle réforme et qui n’est rien d’autre que de faire croire aux citoyens que c’est en licenciant qu’on sauvegarde ou que l’on crée des emplois. La justice est régulièrement piétinée et le 49.3, utilisé pour les passages en force, est un déni de démocratie. Heureusement, nous avons le retour du Jedi, maître Obi One Sarkonerie, excité comme une puce avec la tête ne passant plus les portes qui, après avoir endetté le pays de 600 milliards vient nous faire des cours d’économie.

          Pour les dirigeants politiques, tout baigne et se passe comme prévu. Les actifs critiquent les chômeurs et les retraités, les travailleurs du privé et du public se jalousent, les musulmans bavent sur les juifs qui pissent les chrétiens et tout ce beau monde se réunit pour gerber sur les athées mais bon, on est tous Charlie… Même des dictateurs africains sont venus défiler pour la liberté d’expression, on croit rêver. Selon la théorie du genre les hommes et les femmes n’ont plus de sexe car, ils peuvent choisir et toutes les sexualités sont respectables même les plus déviantes et fuck la nature ! Le communautarisme et le sectarisme sont en plein essor et affichent une santé hors norme ce qui permet aux filous qui tirent les ficelles de continuer à nous faire les poches en toute sérénité.

          Pour terminer sur une note positive, les soldes à l’inutile et au superficiel arrivent, les troupeaux se massent devant les ouvertures, ça va mugir dans les rayons et castagner sec dans les échoppes et les hypermarchés. Pourvu qu’un barbu trépané du bulbe ne vienne pas se faire éparpiller, au milieu des clients, façon puzzle dans un de ces temples de la frénétique consommation… A mon humble avis, il n’y a pas beaucoup de risque que les commanditaires de ces attentats suicides viennent niquer le business de leurs associés qui les financent. Sinon pour 2016, tonton Attali (le grand penseur politique qui bouffe à toutes les

gamelles) nous prédit une troisième guerre mondiale, un crash boursier et une montée du chômage donc, éclatez vous mes frères, buvez, fumez, baisez et dansez sur le pont du navire terre parce que ça risque de secouer grave dans un avenir proche car les ânes, qui sont à la barre, foncent droit sur l’iceberg de leurs conneries…

          Sinon, bonne et heureuse année 2016 à tous…