Chère Amour, Chère Amie,

                Ce qui suit est vérité et ce qui est écrit, vous le savez déjà, à vous de le transcender, le faire vibrer pour libérer la force qui est en vous. Oui, je vous vouvoie car c'est ainsi que l'on s’adresse aux anges qui renaissent.

 

                Ces quelques  lignes pour vous dire merci de m'avoir sauvé et redonné la foi en l'homme. Grâce à vous j'ai encore appris et encore grandi. Vous êtes un être exceptionnel, une grande âme et un cœur de lumière. J'étais fatigué de mon errance et avais hâte, comme mes semblables, de retourner à mes origines. Votre amour à fait de cette parenthèse terrestre un trop court instant mais, son intensité ma crucifié d'un bonheur et d'une joie dont le vocabulaire d'ici est inexistant pour le décrire sans le trahir. En tant que personne de chair nous allons souffrir tout deux d'un manque de l'autre. Vous aurez du chagrin, de la peine, j'aurai mes orages intérieurs. Vous passerez sans doute par des instants de colère, de négation, c'est ainsi, ici bas tout grand bonheur se paie au prix fort. Avec le temps, viendra la cicatrisation et le manque deviendra un doux souvenir. Il ne faut pas vivre en trainant son passé tel un sac de pierres mais sans le nier, s'en servir comme d'une énergie qui nous construit et nous fortifie. A trop focaliser sur une fleur on en oublie parfois la beauté du jardin et l'effluve de ses arômes. Chacune de nos expériences éclaire le chemin à parcourir. De par notre source et la multitude de nos vécus, nous sommes différents et faisons ce pourquoi nous sommes fait. Vous avez un potentiel que j'ai rarement vu en ce monde. Vous n'êtes pas seulement belle, vous êtes bien au-delà, vous êtes la synthèse entre la femme et l'ange, un être bienveillant fait pour aider ceux qui souffrent et se débattent avec les duretés de l'existence. Tous les amours sont différents et aucun n'est comparable. Certains, comme le vôtre, sont tellement immenses qu'ils peuvent contenir une multitude de créatures. Quelle chance j'ai eu de vous croiser, de vous aimer et de faire ce parcours avec vous. Cela aussi, cette parenthèse je devrais m'en acquitter car, de cette peine qui vous étreint, j'en suis l'unique responsable. N'ayez pas peur en l'avenir, le temps d'un battement d'aile de papillon et nous nous retrouverons car ce monde n'est qu'illusion et la vie, la vraie, celle après ce purgatoire, fusionne toujours les amours. Le hasard c'est Dieu qui se promène incognito, je le remercie de vous avoir mis sur ma route car, ce qu'il a fait ne peut-être défait. Je vous en prie, ne doutez pas de vous car, je vous l'affirme, vous êtes d'origine céleste et ils vont avoir besoin de vous comme ils ont besoin de nous. Je ne regrette rien et referais exactement tout pareil d'ailleurs, en avais je le choix? Vous êtes passion, j'étais dévotion; vous êtes mystère, j'étais chercheur et, malgré les apparences, vous étiez le maître et j'étais l'élève... Vous êtes un cadeau de la vie. Quelle faveur ce jour ou je suis monté au ciel pour photographier un ange. Quel bonheur et quelle merveille d'avoir pu marcher à vos côtés, entendre la douce symphonie de vos éclats de voix et la cristalline musique de votre rire. Quelle fabuleuse et indélébile image que votre angélique visage encadré par votre éclatante chevelure, penché sur moi, vos yeux pleurant des perles, votre regard chargé  d'interrogation et noyé de votre amour; j'étais enfin à la porte de mon Eden...

                J'achève ici cette missive car la pauvreté du langage ne fait qu'effleurer la réalité du sentiment que vous inspirez. Vos ailes sont déployées, vous rayonnez et il est temps pour moi de m'effacer. Je sais maintenant que vous ferez de votre vie une infinitude, de votre chemin de croix une voie lactée et de vos actions un sésame pour le paradis. Mon ange n'oubliez pas, les seuls chemins qui valent la peine d'être empruntés sont ceux qui mènent à l'intérieur... La sauvegarde de la vie, sa seule et unique solution est dans l'amour qu'on donne aux autres, tout le reste, n'est que littérature...

                Ma reconnaissance infinie, éternellement vôtre.

 

                                                                                              G,...