Juin 2019 en France

06 JUIN 2019

          7 h 15 à l’horloge vintage du café de chez Paul. Assis en terrasse par cette belle matinée de juin, je sirote un expresso crème, mélange du péon Jaques Fabre et de la laitière d’en face. Paris s’éveille, les éboueurs terminent leur tournée nocturne dans une cacophonie de poubelles digne d’un concert de Pierre Boulez. Je me plonge dans la feuille de chou du jour, les nouvelles sont aussi fraîches et affriolantes qu’un banc de méduses échoué sur une plage de Bretagne après une marée noire.

 

          Page une, la figure radieuse de notre président banquier recevant les requins du Medef qui, la main sur le cœur, lui assurent que s’ils peuvent licencier à tour de bras, baisser les salaires et être exonérés des charges, ce sera le bonheur pour les salariés et le plein emploi, promis, juré, craché ! À voir leurs rictus sur la photo, ils ont l’air de bien se marrer. Suit un article sur ces blaireaux râleurs, racistes, casseurs, nazis, homophobes et antisémites que sont les gilets jaunes. Évidemment, tout cela est le fruit d’une analyse journalistique impartiale et indépendante est-il besoin de le préciser. Une enquête montre que ces irréductibles Gaulois de français ne font plus confiance aux journalistes, incroyable non ! Bien entendu, ceux-ci ne se posent pas la question de savoir pourquoi tant de mépris à leur égard. Pages intérieures, nous avons droit aux derniers sondages commandés et achetés par les pouvoirs en place, donc magouillés aux profits des payeurs…  

 

          Alors que depuis plus de 30 ans le couple Balkany tape dans la caisse et détourne l’argent public, que notre ex et grand timonier Sarkozy n’est toujours pas jugé, la justice fait preuve d’une redoutable efficacité en incarcérant des gilets jaunes récalcitrant en moins de 48H00 chrono. Pendant ce temps, un psychopathe ministre de l’intérieur, donne carte blanche aux CRS pour se défouler sur les citoyens qui réclament justice et équité. En Arabie les voleurs sont décapités, chez nous ils sont députés. Évidemment, je ne suis pas pour cette solution extrême qu’est l’étêtage de nos représentants, mais de là, à les élire pour qu’ils siègent aux assemblées… Peut-être que Fleury-Mérogis ou la santé me semble, pour ces messieurs et ces dames, plus approprié à réfléchir sur les dégâts qu’ils ont occasionnés à la société. Nos parlementaires généralement si fiers de leur Révolution française sont de fait bien mal placés pour reprocher aux Français de lutter pour leurs libertés parce que, lorsque le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est le plus sacré des devoirs. C’est dans l’article 35 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

 

          Beau cadeau que la suppression de l’ISF bien qu’aucun des concernés n’ait manifesté sur un rond-point. Mais pas de problème, le budget est équilibré, car pour financer cette largesse, les retraités sont mis à contribution. Le climat part en couille, notre environnement craque de tous les côtés, l’air dans les villes devient irrespirable, mais on est sauvé par Jupiter qui vient d’avoir la fabuleuse idée de créer une banque pour le climat. Le pauvre, il croit que tout s’achète, tout se vend, tout se monnaye. Si l’échéance n’était pas si dramatique et le problème écologique si grave, on pourrait se rouler par terre de rire ! Sur la petite place en face, l’alignement des tableaux d’affichage pour les Européennes est souillé par les tronches des prétendants et leurs professions de foi comme quoi avec eux l’Europe va changer et cesser de nous la mettre en profondeur. Chaque citoyen un minimum intelligent sait pertinemment qu’un député européen n’a absolument aucun pouvoir. Il me revient en mémoire cette fameuse phrase du comte Lampedusa dans le guépard qui disait : « Il faut que tout change pour que rien ne change… » Toute personne étant doté d’un cerveau en état de fonctionnement a bien compris que l’Europe actuelle n’avait rien de démocratique, mais plutôt une douce dictature dont la maxime serait : « Cause toujours ! Le pognon d’abord et peu importe les moyens… ». Plutôt qu’un ennemi commun, peut-être serait-il souhaitable que les hommes aient un rêve commun.

 

          En page intérieur, Julien Assange et Edward Snowden ont été arrêtés tout comme les lanceurs d’alerte qui dérangent les pouvoirs en place alors que, BHL et Cohn Bendit sont toujours libre de venir déblatérer leurs conneries sur toutes les radios pourtant, nous devrions savoir qu’il ne faut jamais discuter avec un imbécile, il nous ferait descendre à son niveau et gagnerait par expérience. Dans notre belle société, les pédophiles et les assassins écrivent des livres, passent à la télévision ou sont promus au gouvernement. Des rappeurs au cerveau de singe (pardon pour le primate) braient dans leurs poétiques chansons qu’ils sodomisent la France et qui faudrait pendre tous les blancs, tout un programme ! Leur bêtise nous donne le vertige et une vague idée de l’infini… Plus de papas, plus de mamans, parent 1 et parent 2, les bisexuels, ambisexuel, flexisexuel, transsexuels, métrosexuels etc..., le grand marché du cul est ouvert, on solde dans tous les rayons, l’important c’est la jouissance sans limites, Sodome et Gomorrhe renaissent de leurs cendres. Par contre, c’est un crime impardonnable que de dire la vérité et prévenir des dangers, vous êtes vite taxé de populiste et de conspirationniste. Quoi qu’il en soit, il y aura toujours une bonne majorité qui trouvera que tout cela n’est pas très grave dès l’instant où elle peut faire le plein de son 4x4 et regarder ses séries télé préférées. Qu’elle a encore les moyens d’aller se pavaner l’hiver à Avoriaz ou à Megève et l’été polluer les plages du littoral français ou faire la danse des canards aux flots bleus…

 

          Évidemment, pas de surprise concernant le résultat des élections, les Français ont choisi les mêmes guignols qui font leurs cirques depuis des décennies. D’un côté les gentils démocrates européistes et libéraux amoureux du fric et de l’autre, dans le rôle des méchants et de l’indispensable repoussoir, le rassemblement national. 50 % n’ont pas voté ce qui permet à chaque fois aux partis du système d’être irrémédiablement élus. Les journalopes ont bien fait leur travail en ridiculisant les opposants tels que l’UPR ou la France insoumise. Suite au prochain numéro…

 

          Je referme le canard, vide ma tasse et laisse le montant de la consommation sur le comptoir. Martin Luther King disait : « Ce qui m’effraie le plus ce n’est pas l’oppression des méchants, mais l’indifférence des bons. » Allez bonne journée les amis, la dérision étant notre survie, soyons heureux comme des bulots à marée haute, prenons le parti d’en rire et BANZAÏ !!!