La manipulation en démocrature

Démocrature02.jpg

29 DECEMBRE 2020

          La différence entre une dictature et une démocratie, c’est que la dictature impose ses choix au peuple alors que la démocratie influence et manipule le peuple avec le contrôle, l’assentiment et la complicité bienveillante des médias afin de faire adhérer les citoyens à ses choix de manière tacites. Ainsi, tout naturellement, le peuple est dans la soumission choisie sans s’en apercevoir. On peut dire en ce sens que la démocratie est une dictature aboutie. Il faut cesser de croire à l’angélisme démocratique et comprendre une bonne fois pour toutes que ceux qui détiennent le pouvoir, en général, ne travaillent pas pour les intérêts du peuple, mais pour leurs propres intérêts.

          Rendre les individus complices et acteurs de leurs dominations. Tant qu’elle n’est pas dévoilée et reconnue comme telle, la manipulation garde au chaud le sentiment de liberté. La force de la manipulation c’est d’avoir réduit le concept de liberté au concept de désir et d’avoir réduit le désir à la satisfaction pulsionnelle. Les gouvernements ont mis en exergue des systèmes permissifs qui vont promouvoir l’individualité et le désir. Les pouvoirs économiques marchands fonctionnent sur les pulsions du désir qu’ils titillent et bousculent au travers de l’incitation et de la flatterie publicitaire. Ce qui structure la manipulation des opinions en démocratie, c’est la désinhibition pulsionnelle, flattez les convoitises pour y succomber, l’incitation à la jouissance. Pour manipuler l’opinion il faut noyer le rationnel sous l’émotionnel et ainsi, effacer toute objectivité. Pour arriver aux résultats escomptés et influencer les opinions, il y a plusieurs techniques.

          Premièrement la peur. La peur permettra l’acception de mesures restrictives et liberticides sous couvert d’un pseudo besoin de sécurité. La sécurité reste toujours prioritaire dans les esprits et jouer sur les peurs est encore le meilleur moyen de tenir un peuple en respect, exemples : « L’attentat terroriste » sera propice à l’instauration de lois abusives permettant la surveillance de toute une population, « Un virus » permettra d’enfermer le citoyen chez lui avec son assentiment, etc.

          Deuxième technique, créer des clivages afin d’imposer le choix binaire du pour ou contre en faisant taire la nuance, interdire la recherche de l’équilibre par la culpabilité du non-choix imposé. Exemple : « pour ou contre le vaccin ? » Peu importe que celui-ci soit efficace ou pas, dangereux ou pas. Les seules réponses autorisées sont le pour ou le contre. Ici l’interrogation ou la nuance sont culpabilisées et marginalisées. Évidemment à la base ils ont déjà orienté la réponse en amplifiant les détails pour en faire des généralités effrayantes et ainsi présenter leur solution comme unique sésame (Solution qui d’ailleurs à une étrange proximité avec le profit).       

 

          Troisième technique, poser un sujet en termes d’affrontement des valeurs afin d’impliquer les émotions comme unique critère de choix, exemple : « pour  ou contre la peine de mort… ou, pour ou contre la GPA ? » cette technique par le choix de sujets très orientés émotionnellement efface une fois de plus toute rationalité de penser. L’idée est de nous rendre consentants par les émotions plutôt que de nous définir directement le but recherché. On vous présentera la GPA comme un progrès, une liberté mais jamais comme une nouvelle source de revenu comme la marchandisation du corps. Autre exemple : « pour ou contre l’invasion des pays sous couvert de mots comme démocratie, progrès, liberté, égalité ? » Qui peut résister à de telles valeurs humaines ? Cependant, la vérité est tout autre. La finalité des dirigeants manipulateurs est de s’autoriser pillages et exactions, avec votre aval. Le but véritable étant : la conservation et l’accroissement du pouvoir individuel sur les masses ainsi que l’enrichissement personnel.

          Pour toutes ces techniques l’image est très importante voir essentielle dans la manipulation des esprits. Primordiale pour faire vibrer la corde sensible des émotions. Exemple : « Filmez le corps d’une petite fille morte sur la plage et diffusez l’image à une heure de grande audience avec le commentaire calibré… » Et là, vous obtiendrez une majorité favorable à l’accueil de réfugié. Ceux qui s’interrogeront seront traités de racistes, de fachistes, de sans-cœur. Encore une fois la passion étouffera la raison.

          Pour ceux qui mettent en doute les arguments des manipulateurs en enquêtant sur leurs motivations réelles, vous l’aurez compris, seront irrémédiablement étiquetés comme complotistes, conspirationnistes ou au mieux comme crétins. Aujourd’hui, il faut décrédibiliser et éventuellement bannir ceux qui s’interrogent sur des craintes comme le grand réchauffement, le grand déclassement ou le grand remplacement… Nos chères élites s’occupent de tout et de tous, taisez-vous, écoutez et consommez.

  

          La manipulation, c’est instrumentaliser les émotions, la prise en otage de nos consciences, c’est étouffer notre discernement, notre raison, notre humanité…

          La meilleure forteresse des tyrans c’est l’inertie des peuples et sa meilleure prison, la paralysie de la raison.