Liberté, je détruis ton nom

Liberte_enchainee.jpg

18 JUILLET 2021

          Alors que le poète a écrit ton nom sur les murs, les bancs d’écoles, dans les cœurs et les têtes, le ciel ou la cendre, que des peuples entiers par leur sang versé ont gagné le droit de marcher à tes côtés Ô Liberté ! Voilà maintenant que de vulgaires larbins de la finance s’octroient le droit de nous l’ôter.

          Ne croyez pas qu’ils ne sachent pas ce qu’ils font. Ils sont tout sauf idiots, tout est programmé, millimétré, de la plus petite provocation à l’ignoble ordre liberticide aboyé. Le passe-sanitaire n’est pas nouveau, il n’y a que le nom qui change. Il n’y a pas si longtemps, dans une langue étrangère, il se nommait Ausweis ! Comment avons-nous pu l’oublier ? En ce temps-là, certaines catégories d’êtres humains portaient une étoile de couleurs afin d’être identifiés par une bande de fous qui leur reprochaient leur différence. De quelle teinte sera celle des non-vaccinés ? En ce temps-là, les bien-pensants dénonçaient leurs voisins, est-ce qu’à notre époque les vaccinés seront appelés à signaler les non-vaccinés ? Je respecte les choix de chacun, beaucoup se sont fait ou se font vacciner par peur ou par commodité, mais de grâce, respectez ceux qui refusent, car disposer de son corps est un droit fondamental. Alors maintenant les soignants qu’on applaudissait béatement le soir à sa fenêtre ou sur son balcon, parce qu’on l’avait dit à la télé, seraient subitement devenus de dangereux transmetteurs de virus ?

 

          Depuis quelques années, les élites aux ordres de leurs richissimes bienfaiteurs nous appliquent la technique de la grenouille dans l’eau cuite à petit feu. Une dictature qui tait son nom s’installe confortablement sous l’œil passif d’une majorité paralysée par la peur savamment distillée. Devons-nous leur rappeler ce que Benjamin Franklin disait : « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux… » Nous y sommes, suppression des libertés pour mieux nous contraindre et nous soumettre. Les gendarmes et les policiers ne sont pas eux, dans l’obligation vaccinale, le petit marquis ne veut pas les brusquer pour qu’ils continuent à le servir. Donc un représentant de l’ordre sans passeport sanitaire aura le droit de contrôler et de verbaliser celui qui n’en aura pas ? Soldats, gendarmes, policiers, on assassine la liberté sous vos yeux et vous ne dites rien ? Pendant ce temps les trafics en tout genre prospèrent et des pans entiers du territoire font sécession.

         

          Ils osent imposer l’odieux marchandage d’un vaccin contre notre liberté. Ils osent nous faire culpabiliser en prétendant que ceux qui ne sont pas vaccinés sont irresponsables. Voyons voir cela de plus près :                                 

1°) le vaccin est toujours en phase de test grandeur nature sur les humains.                                                              2°) les laboratoires pharmaceutiques ont fait signer dans les contrats une clause de non-responsabilité des effets secondaires à court, moyen et long terme de leurs produits.                                                                                             3°) le vaccin n’empêchera pas d’attraper ou de propager le virus.                                                                                  4°) il faudra tout de même garder son masque dans les endroits clos et respecter les gestes barrières.     

5°) le vaccin devra certainement être renouvelé tous les 6 mois ou tous les ans parce que les virus mutent…            6°) prenez les vaccins que l’on vous donne, interdit de choisir les vaccins cubains, chinois ou russes.                         7°) aucune information ou volonté ne sera mise sur les traitements préventifs. 

 

          En clair, vous devez obéir et prendre le risque c’est un ordre ! Nos dirigeants et laboratoires dégagent toute responsabilité !… Et nous devrions l’accepter ? Nos parlementaires généralement si fiers de leur Révolution française sont pourtant bien mal placés pour reprocher aux Français de lutter pour leurs libertés parce que, lorsque le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est le plus sacré des devoirs. C’est dans l’article 35 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

        

          Pendant ce temps, Sa Majesté annonce ses réformes (ou plutôt devrais-je dire ses méformes ?) concernant la retraite et le chômage. Synthétisons, prendre encore plus aux petits pour mieux enrichir les gros. Pendant l’année COVID, le patrimoine cumulé des 500 plus grandes fortunes de France a augmenté de 30 % en un an. Désormais, ce montant total « tutoie les 1000 milliards d’euros » je ne compte plus le nombre de zéros cela donne le vertige. Pour bien comprendre ces énormités, laissez-moi vous expliquer ce que cela donne en mesure de temps sur la base de 1 € = une seconde.

Un SMIC 1.554 € c’est 25 minutes et 9 secondes.                                                                                                              Un million € c’est 11 jours                                                                                                                                                      Un milliard € 31 ans                                                                                                                                                            1000 milliards € c’est 310 siècles soit 643 500 643 SMIC !                                                                                

    

          Alors non contents de détruire nos libertés, mettre en danger notre intégrité, ils nous volent en plus notre dignité. Peuple de France n’acceptez pas de vous faire dépouiller et enchaîner, nous sommes des millions et ils ne sont qu’une poignée. Soulevons-nous et rappelons-nous qu’une dictature se nourrit et tire sa force exclusivement de la passivité de ses esclaves.