Le départ

03 MARS 2021

N’encombrez pas inutilement l’espace des cimetières,

Ne retournez pas la terre du jardin des presbytères,

Sur le sol, aux quatre vents, les fleuves ou la mer,

Là où vous serez, dispersez les cendres éphémères,

Souvenirs poussières d’un touriste humanitaire

Qui, entre les gouttes, traversa la vie en mercenaire.

 

Un cercueil de bois précieux n’est point nécessaire, 

Pour le voyage un carton d’emballage fera l’affaire,

Dans les flammes purificatrices, l’âme quitte l’enfer,

Ce monde d’illusions où l’homme a livré sa guerre.

 

Pas de stèle, de croix ou autres artifices funéraires

Juste quelques mots ou un sourire en guise de rosaire.

Libre, sans peine ni regret, partir sans être réfractaire,

S’envoler le cœur léger pour l’ultime voyage solitaire.

 

Adieu aux frères, inconnus, amis ou adversaires,

J’ai effacé, oublié les superflus conflits lapidaires,

Les interminables désaccords aux débats incendiaires,

Pardonnez mes carences, abandons, absences ou colères,

Ce manque de n’avoir su, pour vous, plus et mieux faire, 

Dans l’adieu est la difficulté du voyage vers l’imaginaire,

Je n’emporte que l’amour de ce passage sur terre…